Etre syndiqué(e) à l'ombre de la croix potencée. : Corporatisme, syndicalisme en Autriche, 1934-1938 pdf

 Etre syndiqué(e) à l'ombre de la croix potencée. : Corporatisme, syndicalisme en Autriche, 1934-1938 pdf

Etre syndiqué(e) à l'ombre de la croix potencée. : Corporatisme, syndicalisme en Autriche, 1934-1938

  • ISBN: 287775331X
  • Author:
  • Langues: Français
  • Évaluation: 4.3/5 (Votes: 2515)
  • Broché: 347 des pages
  • Disponibilité: En stock
  • Télécharger les formats: PDF, EPUB, KINDLE, FB2, AUDIBLE, MOBI et d'autres

Description du produit

En février 1934, un régime autoritaire corporatiste chrétien se met en place en Autriche sous la bannière de la croix potencée. Ayant interdit les organisations ouvrières et démocratiques, il appelle les salarié(e) s à rejoindre un syndicat unique organisé selon des critères corporatistes et chrétiens. La direction en revient aux syndicalistes chrétiens. Parallèlement, les sociaux-démocrates, les communistes et les nationaux-socialistes s'organisent, soit dans des syndicats clandestins, soit dans des cellules d'entreprise illégales. Après quelques mois d'hésitation, la Confédération syndicale des Ouvriers et des Employés officielle devient un enjeu pour les " clandestins " qu'ils soient sociaux-démocrates, communistes ou nationaux-socialistes. C'est sur le terrain des entreprises que ces forces politiques et syndicales s'affrontent. Les salarié(e) s franchement hostiles au régime en place répondent de plus en plus fréquemment aux appels des clandestins à résister ouvertement. Grèves, pétitions, manifestations, mais aussi blagues d'atelier ou de comptoir figurent parmi les formes de résistance des salarié(e) s. L'Anschluss en mars 1938 vient mettre un terme brutal à cette expérience corporatiste en imposant l'ordre national-socialiste à l'ensemble de la société autrichienne. Les anciens adversaires des nationaux-socialistes, qu'ils soient sociaux-démocrates, communistes, chrétiens-sociaux, syndicalistes clandestins ou légaux sont arrêtés, déportés. Les responsables chrétiens-sociaux du syndicat officiel qui ont laissé, quatre années durant, les nationaux-socialistes investir des postes-clé, payent leur cécité de leur liberté, voire de leur vie.

Livres connexes